for bad bots
1 / 1

News

Qui est Gabriëlla Cleuren?

October 8, 2017 - Gabriëlla Cleuren

Ma déclaration en qualité d’artiste.

Enfant, je vivais dans l’inconscience, je ne jouais jamais avec des poupées, mais avec des bâtonnets peints : des enfants végétaux. Leurs vêtements étaient de petites feuilles qui les enveloppaient, parfois liées avec un morceau de fil.

Ma maison était dessinée dans la terre avec le doigt. À l’époque déjà, je prenais la nature comme support, je la préférais à l’artificiel qui ne laissait pas place à l’imagination et m’inventais un monde qui était ouvert et pouvait varier à l’infini.

Imagination

L’atout majeur d’un artiste : l’imagination ! Jusqu’à ce jour, je conserve ces données dans mon œuvre. Des images sciemment choisies sont transformées afin de transmettre ma vision.

L’attention portée au prochain est venue plus tard. J’ai souvent dû lire des histoires à haute voix en classe à l’âge de 10 ans. Des compositions sur des monstres, des sorcières et des fées, mais tout cela me paraissait trop irréel. Par la suite, j’ai orienté ma création vers la musique. J’ai conservé cet aspect dans des tableaux sous la forme de touches et de mouvements rythmiques sur une surface plane.

Mon long séjour dans les Caraïbes a fait naître en moi un amour particulier pour la couleur. L’émeraude a été mon point de départ et s’est enraciné comme un fond glauque. Une couleur méditerranéenne ! Je continue à peindre de cette façon. Je commence par l’eau, par la mer.

Témoignage

Le monde en évolution constante m’a profondément impressionnée. Le monde de Goya surgissait partout. J’ai soudain regardé mon époque par ses yeux. Elle n’était pas très différente. Comment était-ce possible deux siècles plus tard ? L’humanité n’évolue-t-elle pas mentalement ?

Inspiration

Je collectionne des images qui le corroborent et les organise de manière créative sous une forme contemporaine avec une touche émotionnelle. Une interprétation libre doit donner une certaine orientation et l’aspect émotionnel est crucial pour moi.

J’essaie de témoigner de l’évolution du monde.

C’est mon époque, votre époque.

Brave New Old Worlds

C’est la raison pour laquelle j’ai regroupé ces œuvres dans une série intitulée BNOW : monde nouveau, ancien.

Les comportements humains y occupent une place privilégiée. La forme est souvent fragmentaire, fluctue vers l’abstrait, est brute comme le contenu. Forme et contenu ne sont qu’un.

Je vous prends par la main

Mon Brave New Old World est toujours une réflexion personnelle. Un témoignage, mais coloré, par mes yeux, mes pensées, mes émotions, ma technique. Très personnel. Jamais parfait.

Cette ego-réalité a un charme indicible. La simultanéité est un miroir dans lequel vous pouvez regarder.

Philosophie contre technique

Mon œuvre n’est pas une décoration. C’est un exposé de mon époque, de mon environnement et une analyse du soi. Je veux partager cela avec le spectateur (faites-en autant) : les fléaux sont digestibles dans la beauté. Ce sont des images d’espoir.

Je manie tout cela avec une grande spontanéité. Je choisis la peinture acrylique sur papier (rigide), parfois sur lin. Mais ma touche pâteuse convient mieux au papier. Elle est directe, persistante et ne se détériore pas. Elle est formidablement bien protégée derrière la vitre. Elle ressemble à un vernis et a de la profondeur.

 

© Gabriëlla Cleuren

 

 


Back to News